retour

A 14 ans, j’ai décidé de prendre un cahier et d’y consigner tous mes états d’âme…. comme à un compagnon de route auquel je pourrais tout confier.
A cet âge-là, cela s’appelle un cahier intime.

Au fil des années, j’ai continué cette écriture intime de façon plus ou moins assidue.
Petit à petit, la fonction de cette écriture a changé et c’est devenu un cahier de méditation, de réflexion en plus d’une chronique des évènements quotidiens.
J’aimais bien ce rendez-vous quasi journalier avec moi-même.
J’y racontais les évènements importants pour moi, j’y écrivais mes réflexions, mes questions par rapport à ma vie, les enfants, les problèmes rencontrés…
Cela a pris doucement la forme d’un dialogue : je faisais les questions et les réponses.
Mais c’était bien moi qui répondais !!

En 2001, un jour de grande inquiétude intérieure provoquée par un évènement personnel, j’étais en train d’écrire mes peurs et mon angoisse quand  « ça s’est mis à écrire en majuscules  »

  » NOM D’UNE PIPE,
Arrête de geindre et secoue-toi
Plumes et signes te le disent
Tout ira bien.
CROIS « 

Là, c’est sûr, ce n’était plus moi qui parlais. J’ai pris un savon-maison !
De peur, j’ai jeté mon crayon et refermé mon cahier pendant trois semaines !

Par la suite, ce dialogue avec l’Invisible s’est instauré graduellement. Au début, c’étaient de petits paragraphes…. puis des textes beaucoup plus longs….puis des romans-fleuves !
Cela m’a nourrie, réconfortée, accompagnée au quotidien pendant toutes ces années. Il y avait toujours beaucoup d’humour dans leurs réponses à mes nombreuses questions, beaucoup d’Amour surtout.
J’ai gardé ces échanges lumineux pour moi longtemps.
Je recevais des textes pour moi, pour des amis aussi suite à des questions qu’ils me posaient lors de nos rencontres, des messages de personnes décédées aussi.

Plus tard, j’ai osé partager ces textes avec mes proches et les personnes concernées par les messages reçus.  Et c’est là que j’ai mesuré l’impact que cela avait aussi sur eux.

J’ai créé une liste de diffusion et partagés certains textes au quotidien. Aà chaque fois, j’étais étonnée et émue par les retours positifs que je recevais.

Ces amis m’ont tannée pour que je partage ces textes avec un plus grand nombre et m’ont incitée à envisager une publication. Ma fille, Mathilde, a bien voulu participer à ce projet et illustrer certains passages par ses dessins.
Le résultat est là aujourd’hui dans ce petit livre intitulé « La Fontaine aux Etoiles ».