Nous vivons actuellement une situation inédite et à laquelle nous n’étions pas du tout préparés, confinés pour la plupart dans un espace limité à cause de ce « méchant » virus qui contamine tout ce qui bouge.

Et si finalement, le méchant n’était pas là où l’on pense ?

Et si Dame Nature dans sa grande bonté nous envoyait ce signal d’alerte pour que nous réalisions à quel point nous abusons d’elle et de ses richesses ? A quel point nous marchons sur la tête avec toutes nos certitudes d’Homo sapiens ?

Nous sommes une espèce parmi d’autres, et sous prétexte que nous pensons, nous avons imaginé pouvoir disposer de la Terre et de ses richesses comme nous le voulions.

Nous nous sommes crus propriétaires de cette Terre et nous avons oublié que nous étions d’abord ses invités.

Les virus sont des petites « bêtes » qui ne sont même pas considérées comme des organismes vivants en biologie car ils ne peuvent vivre de façon autonome et doivent infecter une cellule pour pouvoir se reproduire. Et pourtant, dans quelle mélasse ce petit coronavirus nous a fait tomber !
Toute une économie en mode veille pour protéger la population, et cela dans le monde entier.

Cette pandémie met en évidence toutes les faiblesses de notre système actuel , que ce soit au niveau sanitaire, économique ou social. Tout un modèle à revoir, de fond en comble.

Mais derrière la peur et la détresse, nous voyons se mettre en en place des gestes de solidarité qui font chaud au cœur.

Tiens, on se reparle … Tiens, on découvre ses voisins de pallier… Tiens, on prend conscience que finalement les agriculteurs ont une place importante dans notre quotidien….

Et notre personnel soignant -les héros du jour – qui risquent leur vie au plus proche des malades pour les sauver … mais aussi tous les invisibles qui permettent de maintenir la cohésion entre les différentes structures.

Alors, un sentiment de gratitude monte pour toutes ces personnes qui font passer le bien commun avant leur propre sécurité.

Oui, nous allons applaudir tous les soirs à nos fenêtres pour les encourager, nous installons des bougies pour dire que nous sommes solidaires chacun dans son coin, nous créons des chaînes de prière…. Nous recréons le lien entre les personnes et c’est bien là le plus important.

Et si ce temps de pause nous permettait de remettre l’essentiel (l’essence du Ciel) au centre de notre vie : revoir nos priorités, retrouver nos liens d’Amour….

Qu’allons retirer de cette expérience de vie ?…… Affaire à suivre !

Avec toute ma tendresse

La tendresse de Bourvil
Invités sur la Terre – René Aubry

Enfants de la Terre : « propriétaires terriens » (T’es rien) ou « invités sur la Terre » ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *